Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 08:25
Le coeur saigne. Jacques Viallebesset

Les oiseaux ne chantent plus au nid des mousses 

A l'orée de nos rêves dans la rumeur du sang 

Ô saisons du coeur aux soleils écartelés

Comment choisir entre l'avenir ou les souvenirs

......

Dans le vert des montagnes- En cheminant avec Gaspard 

A paraître 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 07:53
Gaspard des montagnes. 17ième veillée . Henri Pourrat

Un petit dimanche de Mai, Valentin avait donné rendez-vous à Gaspard au café Ronzier. Il devait l'aboucher avec un de ses amis, auditeur au Conseil d'Etat, qui se trouvait de passage à Ambert . 

Ils accompagnèrent ce jeune homme jusqu'à sa chaise de poste, contents tous deux d'avoir mis en train l'affaire des communaux. 

 

Gaspard des montagnes. Henri Pourrat . Editions Albin Michel 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 07:46
L'enfant volé. Jacques Viallebesset

A quoi bon cette chienne de vie de misère 

C'est à croire que le Diable mène le monde 

Voilà plus d'un an que le père a embarqué 

Un an de malheur le petit Henri est né 

......

 

Extrait de Dans le vert des montagnes-En cheminant avec Gaspard

A paraître 

L'enfant volé. Jacques Viallebesset
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 06:52
Devant lui . Anne Perrier

Devant lui 

Il rabattait la lumière

En écartant les mains

C'était beau de le voir

Jouer avec le matin si sérieusement 

Il ouvrait des villages et des villes 

Qui seraient restés perdus dans de longs plis d'eau

Et puis tant de visages 

Purs végétaux

Que tout de suite il aimait 

pour leur fraîcheur et leur vieil âge

Ainsi toute la terre coulait dans sa gorge 

Comme une goutte de rosée 

poursuivie des oiseaux

 

Anne Perrier 

Oeuvres poétiques . Ed L'escampette . 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 13:26

Les plus grands de tous les biens, ceux que chacun doit chercher à obtenir pour soi et à partager avec tous sont la lucidité, le courage et la douceur. 

Louis Lavelle 

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 08:58
Au val de Marcheval. Henri Pourrat

Au val de Marcheval il est une fontaine

Je dirai quelque jour tout cela qu'on y voit 

D'abordée ce n'est qu'herbe et verveine

Un bouquet foisonnant à la claire fontaine

Qu'il fait donc bon avoir sa solitude à soi 

 

Au val de Marcheval il est une fontaine

Je pourrais dire un peu de cela qu'on y voit 

En second lieu c'est l'eau d'entremi la verveine

L'eau frisuette et limpide à laclaire fontaine 

Qu'il fait donc bon avoir son sang son coeur à soi 

 

Au val de Marcheval il est une fontaine 

Je veux dire aujourd'hui tout cela qu'on y voit

Puis le ciel rose et blanc comme fleur de verveine

Toute la nue passant à la claire fontaine 

Qu'il fait donc bon avoir son ciel, son âme à soi.

 

Henri Pourrat 

Au val de Marcheval. Henri Pourrat
Partager cet article
Repost0
27 septembre 2017 3 27 /09 /septembre /2017 07:45
Lune sanglante.Jacques Viallebesset

On se perd dans cette vie comme dans les bois noirs

Nul ne peut remonter les biefs vers l'enfance

Se garder de tout mal jusqu'à l'innocence 

Un jour gris vient qui tue les oiseaux de l'espoir

....................

Extrait de Dans le vert des montagnes-En cheminant avec Gaspard

A paraître 

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2017 3 13 /09 /septembre /2017 06:43
" Sous l'étoile de Giono" lu par Michel Baglin

Le Nouvel Athanor publie sous le titre " Jacques Viallebesset" une anthologie du poète, né en 1949, devenu éditeur, qui fait volontiers référence à Giono, à Cadou, à Bérimont, mais aussi au siècle des Lumières et à la Libre pensée. Elle est préfacée par Jean-Luc Maxence et donne à entendre une poésie assez classique dans sa forme, mais proclamant " ce goût de vivre à tout craquer"qui chante " la saveur du monde" , la femme aimée, la fraternité et l'amour. 

Je retiens notamment dans ce recueil les extraits de " Sous l'étoile de Giono" , recueil paru chez Al Manar, dont chaque poème est une évocation de l'oeuvre du romancier de Manosque. On y retrouve le vieux qui " déparle" et tous les personnages , ainsi que les collines et les villages désertés de la " Trilogie de Pan", le chant du " Regain", " Jean le bleu" dans l'atelier de son père cordonnier , mais aussi "Le grand troupeau" des hommes à la guerre, ou encore le professeur d'espérance de " Que ma joie demeure" qui "ensemença de pervenche les champs et les coeurs" .

Jacques Viallebesset rejoint ainsi " Le chant du monde" de Giono à travers de fortes évocations comme ce personnage de ce frmidable roman " Un roi sans divertissement" . Et bien sûr l'humanisme et les valeurs - " la joie saine naturelle simple paisible "- de l'auteur des " Vraies richesses". 

Michel Baglin 

Revue Texture

http://revue-texture.fr/meslectures-de-2017.html

L'anthologie est disponible sur www.lenouvelathanor.com

Le recueil Sous l'étoile de Giono est disponible sur www.editmanar.com  

" Sous l'étoile de Giono" lu par Michel Baglin
Partager cet article
Repost0
5 septembre 2017 2 05 /09 /septembre /2017 13:07
Lecture-Rencontre Jacques Viallebesset

Danny-Marc & Jean-Luc Maxence, éditions Le nouvel athanor

ont le plaisir de vous inviter à 

une lecture-rencontre avec Jacques Viallebesset 

le 14 Septembre 2017 à 18h30 

Librairie l'autre livre 13 rue de l'école polytechnique 75005 Paris 

Au plaisir de vous retrouver 

 

L'anthologie est disponible sur www.lenouvelathanor.com

Prix 15 E 

Lecture-Rencontre Jacques Viallebesset
Partager cet article
Repost0
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 06:36

On ne trouvera plus que cendres dans mon lit

Un sang amer m'aura consumé cette nuit

Déjà j'ai rejeté mon coeur loin en arrière

Et mes chevaux vingt ans ont sauté la barrière

Ainsi le temps n'est plus où je secouais les astres

Où un geste effaçait les ombres du chemin

Je portais le front de la terre entre mes mains

J'étais semblable aux vents aux grands soleils vivaces

Mes yeux bleus remettaient chaque ciel à sa place

Il y avait encore le miel sur les collines

Des guêpes endormies dans la paix des poitrines

Et les matins d'hiver traversés par l'amour

Maintenant tout est clos

Les fleurs sans leur poison

L'horloge crucifiée au bord de la cloison

Les portes qui s'ouvraient jadis entre les branches

Et les cloches roulant les pentes du dimanche

Qui touchera jamais la corde de mon coeur

Certes pas les oiseaux ni tes seins jeune fille

Des éclats de ma chair pourrissent sur les grilles

Remords peut-être es-tu ma première douceur.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :