Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 09:13
Gaspard Hauser chante. Paul Verlaine

Je suis venu, calme orphelin,

Riche de mes seuls yeux tranquilles, 

Vers les hommes des grandes villes:

Ils ne m'ont pas trouvé malin. 

 

A vingt ans, un souffle nouveau 

Sous le nom d'amoureuses flammes

M'a fait trouver belles les femmes:

Elles ne m'ont pas trouvé beau.

 

Bien que sans patrie et sans roi

Et très brave ne l'étant guère, 

J'ai voulu mourir à la guerre: 

La guerre n'a pas voulu de moi .

 

Suis-je né trop tôt ou trop tard? 

Qu'est-ce que je fais en ce monde? 

Ô vous tous, ma peine est profonde:

Priez pour le pauvre Gaspard .  

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 07:58
La maison de vent. Lanza del Vasto

J'ai ma maison dans le vent sans mémoire, 

J'ai mon savoir dans les livres du vent,

Comme la mer j'ai dans le vent ma gloire, 

Comme le vent j'ai ma fin dans le vent. 

 

Extrait de Le chiffre des choses . 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2017 7 22 /10 /octobre /2017 09:11
Au pays de Gaspard des montagnes. Bernard Plessy

Rien n'est plus intéressant que de confronter son imagination ,due à la lecture, avec la géographie réelle d'un roman . En relisant le roman dans les paysages qu'il décrit , le plaisir de la lecture prend un relief et une vie incomparables ... 

C'est ce que permet le " guide littéraire " AU PAYS DE GASPARD DES MONTAGNES, publié par Bernard Plessy en 1981, aux éditions Le Hénaff. 

" Gaspard des montagnes " est sans doute le roman de la littérature française le plus enraciné qui soit. On y entre comme on pénètre dans un pays.

Aucune transposition des lieux, aucun arrangement , aucune modification, mais une exactitude rigoureuse des noms, des sites et des distances. Tous les bourgs du Livradois nous attendent, et , reliés entre eux par le réseau des chemins et des sentiers, tous les hameaux, les lieux-dits, les carrefours , les croix, les cols, les auberges, les rivières et les ruisseaux, les fonts et les ponts, les châteaux, les domaines et les métairies. Par monts et par vaux, c'est tout le grain serré d'un pays , tel qu'on peut l'inventorier sur la carte d'état-major la plus détaillée, au besoin même sur le cadastre . 

Pays si vrai, si vif, qu'on en vient à l'idée qu'il a suscité l'oeuvre, et que les lieux ont engendré les personnages. Pourrat ne l'avoue-t-il pas , quand il raconte sa découverte des Escures? " Lorsqu'il m'a fallu mettre en  une espèce de saga tout ce qu'ils récitaient dans la montagne, cette saga, c'est aux Escures que je l'ai vue. Et peut-être que les Escures venaient de me le faire voir, en cette après-midi -là de Sptembre". Oui, c'est de la terrasse du vieux château ruineux que s'est levée la vision et que de proche en proche la geste a pris son essor"

Allez à Ambert , et pendant quelques jours , faites des escapades sur les pas de Gaspard, avec en main le guide littéraire de Bernard Plessy; et le soir , dans l'un des hôtels d'Ambert , relisez les pages du roman...

On trouve l'ouvrage de Bernard Plessy " Au pays de Gaspard des montagnes" sur Priceminister, ebay, amazon, etc...

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 14:51
Cassiopée. Jacques Viallebesset

As-tu vu Cassiopée sur son trône cosmique 

Qui traîne dans la nuit son chariot d'étoiles 

Et sais-tu la joie du torrent qui dévale 

Au fil de la cascade en cueillant des chardons 

.....................

Extrait de " Dans le vert des montagnes-En cheminant avec Gaspard"

A paraître 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 08:24
Le cirque . Jacques Viallebesset

Derniers regrets avant l'oubli définitif 

Dans la solitude de la mort annoncée 

J'ai perdu la malle en cuir de mes souvenirs 

La lassitude de la longue route est en moi 

 

Du plus loin que je remonte dans l'enfance 

Je porte un cirque dans mon ventre 

Où des comédiens de chiffon et tristes clowns 

Pleurent dans les yeux de jeunes filles aux pieds nus 

 

Tous les hommes sont des matelots au regard 

Des femmes tout en rires de flamme et de lumière 

Les vagues du désir à l'embarcadère 

Se fracassent au port de toutes les Babylones 

 

Tous les rêves mènent au même désert vide 

Le clown est mort l'errance du cirque m'appelle . 

 

Extrait de Ce qui est épars . Editions Le nouvel athanor 

Disponible sur www.lenouvelathanor.com 

amazon.fr, fnac.com 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 07:49
Par monts et par vaux . Jacques Viallebesset

Le voilà courant le pays battant les bois 

Toujours par sentes et champs par monts et par vaux 

Traquant le lièvre ou le gibier de potence 

Roulant des journées entières par la montagne 

................

Extrait de" Dans le vert des montagnes-En cheminant avec Gaspard" 

à paraître 

 

Par monts et par vaux . Jacques Viallebesset
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 12:33
Gaspard des montagnes. 18iè veillée Henri Pourrat

Le lendemain même de la foire, la Poule-Courte se montra au moulin. Et quels yeux aux aguets derrière ses besicles. Elle venait chercher des nouvelles de Pauline, ce pauvre agneau qu'on ne voyait plus. Peut-être Mme Anne-Marie hésitait-elleàdescendre à cause de la Fanchon? Le fait est que M.Verdier le jeune courait après cette fille d'une façon qui faisait parler tout le monde. 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 07:00
La complainte de Gaspard. Jacques Viallebesset

Quand Gaspard de guerre revint 

Bras grands ouverts et poings serrés

Et son coeur lourd dénamouré

Le pays le reçut à pleines mains 

 

Son coeur était à fleur de peau 

Tout grondait dans sa poitrine 

Un coeur moelleux de farine 

Cavalcadait à plein galop 

.....................

 

Extrait de Dans le vert des montagnes-En cheminant avec Gaspard 

A paraître 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 08:44
" L'Orbs, l'autre planète" a lu l'anthologie Jacques Viallebesset

Jacques Viallebesset est le poète prismatique de l'instant suspendu. Affuté et attentif, vibrant comme la corde d'un instrument chargé de vécu,tanné par le jeu des ans, il nous ravive la mémoire des doux sons de la vie, de ces fragments fugaces, qui s'échappent, perdus, mais dont la réminiscence fait sens. Au service de l'universel, du coeur, de ce supplément d'âme qui fait la marque vibrante et frissonnante des plus grands, Jacques Viallebesset compose au fil de ses écrits une maille de mots ténue. Un chemin discret mais ancré dans une matière fraternelle, pavé d'une mélancolie intemporelle et touchante. 

Volontiers misanthrope mais habité du goût de vivre, notre poète auvergnat, " berger des mots drus", à la retraite des lumières parisiennes,mais trop conscient pour se taire, nous tend la porte d'un paradis rayonnant d'amour. 

De l'éclat d'une étoile à l'épanchement d'un coeur perdu, aux alambics de l'alchimiste du subtil, de la nature qui se déploie ou soupire, ou encore d'un poème sur le bonheur d'un scribouilleur sous-saigné, JV cultive sensibilité et délicatesse. Témoin des cent mille cadeaux du monde, instants précieux qui donnent le sel d'une vie présente, habitée d'un frisson céleste. Ce bonheur du rien, joyeuse tristesse de l'automne de la vie, ému et émerveillé d'un rien qui fait tout. 

Son anthologie , publiée au Nouvel Athanor, sous la direction inspirée de Jean-Luc Maxence , est composée d'extraits de ses précédents recueils , " L'écorce des coeurs", " Le pollen des jours", " Ce qui est épars", " Sous l'étoile de Giono"et d'un certain nombre de poèmes inédits ou extraits de son prochain recueil " Dans le vert des montagnes-Sur les pas de Gaspard". Autant de pages pour goûter cette élégance au service d'un art royal qui traversera le temps. Que la poésie vous garde, Jacques Viallebesset, comme vous insistez tant à nous le clamer. 

Maxence Layet 

disponible sur www.lenouvelathanor.com, amazon.fr, fnac.com 

Prix 15 E 

" L'Orbs, l'autre planète" a lu l'anthologie Jacques Viallebesset
Partager cet article
Repost0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 08:31
Gaspard des montagnes. Douzième veillée . Henri Pourrat

Gaspard avait maintenant le regard plus perçant, plus vrillant, venu de plus loin sous les sourcils. 

Il n'allait pas céder au malheur. Le monde a été fait un vendredi, mais on n'est pas homme si l'on ne sait pas marcher quand même et se baller du monde 

.......

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :