Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 novembre 2017 3 22 /11 /novembre /2017 14:20
Gaspard des montagnes. 23iè Veillée . Henri Pourrat G

Gaspard et l'hôte s'écartèrent de la porte pour un officier qui rentrait, son sabre sous le bras: un grand homme sec, dans les quarante-cinq, cinquante ans.

- Un baron, un monsieur de. Il s'est arrêté ici pour faire des recherches dans les registres de curés sur les alliances de sa famille. 

-Un peu puant, hein?

- Oh, il cause.Il a servi en Espagne. A propos de l'incendie, je lui parlais du Dragon: il m'a dit qu'ils avaient peu-être fait le coup de pistolet ensemble .

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2017 7 05 /11 /novembre /2017 09:18
Gaspard des montagnes 22iè veillée . Henri Pourrat

Lorsque Anne-Marie s'éveilla, dit la vieille, elle crut qu'elle continuait son rêve .

.... C'avait été une longue salle rouge, une sorte d'entrepôt encombré de ballots, de coffres, de bahuts. Sous les fenêtres montait le bruit d'un peuple en émotion.Un personnage qui avait une figure aigre et très rouge, aussi, couperosée, - certainement don mari, certainement Robert, - les guettait d'un coin de cette salle. Quelle peur l'oppressait. Elle se sauvait, entrainant l'enfant, sans pouvoir empêcher qu'il se cognât aux coffres. Mais alors, comme il arrive dans les rêves, les coffres étaient des mulets chargé de bennes .....

 

Gaspard des montagnes. Henrri Pourrat 

Editions Albin Michel 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 07:58
Gaspard des montagnes. 21 iè veillée. Henri Pourrat

On n'aurait pu dire précisément ce que c'était; durant cette première quinzaine de Juin, il sembla qu'on vivait un pied en l'air; dans l'énervement, dans l'attente. On ne savait à quoi se prendre ni à quoi se tenir. 

Mais Grange était absent de tout. Il se cachait de ses filles et il allait boire de l'eau-de-vie blanche, ce qu'il y a de plus fort .

 

Extrait de Gaspard des montagnes. Editions Albin Michel 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 07:40
Le retour du père . Jacques Viallebesset

Maintenant il reconnaissait les champs 

C'était un matin rafraîchi de bise 

Les sapins des bois avaient bien grandi 

Tout devait aller bien à la maison 

 

Il enfila l'allée voilà ses filles

.....................

 

Extrait de Dans le vert des montagnes-En cheminant avec Gaspard

A paraître 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2017 4 02 /11 /novembre /2017 15:29
Querelle de la rose et de l'églantine. Alexandre Vialatte

Rien de plus charmant que ces Contes de Pourrat. Rien de plus utile que leur"somme". Il en est au cinquième volume. C'est comme une assiette peinte d'un coq. Bleu, jaune et rouge. On la met sur le dressoir à coté des quatre autres. Ca brille dans l'ombre et on se sent plus en train. 

Cette fois-ci ce sont des contes de voleurs: des " mange-maison", des " cherche-fête", en un mot des " avale-royaume": tel est leur état officiel, ils en vivent honnêtement, ce qui les " empêche de mal faire". Ils sortent de ce temps des " grandes moeurs" qui font partie de la Légende des siècles et de la mythologie de Pourrat , une époque où la terre était encore humide des vapeurs de la Création, où le pouce de Dieu marquait encore l'argile. Il y avait des saints et des rois: de toute sorte; avec des barbes et des couronnes; il y avait par exemple un roi qui était cordonnier, dit Pourrat , à Saint(Amant-Roche-Savine, des ogresses roses, des souverains qui pariaient avec les voleurs, des pèlerins avec des bourdons. Ce n'étaient que géants, monarques et princesses. Il y avait un trou dans la terre où on vous descendait à cheval sur un bâton avec une corde de cloche, et au bout c'était l'autre monde: un château d'or, un château d'argent, un château d'étain; les seigneurs en étaient des lions; quand on les avait tués en combat singulier un aigle vous remontait sur terre .

Tant de commodité et d'aristocratie, de zoologie et même de tératologie séduiraient les plus difficiles .D'autant plus qu'elles ont pour morale celle  de la " grande mulgédie" . La grande mulgédie , dit Pourrat, vient des Alpes; " elle fleurit en fleurs d'un bleu cendré, le bleu de la chicorée sauvage" ; le vent disperse son pollen ; elle pousse partout; ainsi que ses contes. 

Ils auront dû pourtant soulever quelque chicane , à laquelle Pourrat répond dans cette préface qu'il a placée à la fin du volume pour qu'on la lise après, comme on fait des préfaces : sont-ils réellement " populaires" ?Voici l'objection des savants. J'avoue que quand j'étais enfant et que je suçais un bonbon , je ne songeais pas à me demander si c'était dragée ou praline: le nom de ce qui est bon importe peu  mais les esprits profonds veulent savoir ces choses. Et d'où ces contes sont venus. Il leur faut une date, un nom, une étiquette. 

Comment ces récits en auraient-ils puisqu'ils sont populaires? Le propre d'un conte populaire est d'être une création collective ; tout le monde y a mis la main! L'un sème la graine, un autre l'arrose, un autre l'oublie, un autre repique le plant; l'un greffe et l'autre émonde; un conte a mille auteurs; il fait le tour de la France, de l'Europe, il fait parfois le tour du monde. Le pied l'écrase, il disparaît un temps, on le voit repousser plus loin; il s'est marcotté comme la fraise .

Que voudrait-on? qu'ils eussent des accents différents? que l'un sonnât plus gascon, l'autre plus alsacien et le troisième plus breton? Que reproche-t-on à Pourrat? D'imiter tout accent local avec le même accent rustique , comme le comique normand qui suffit à Paris pour satisfaire tous les besoins du folklore? Mais , d'abord, il suffit vraiment: on ne lui demande qu'un dépaysement, une illusion: elle est complète pour qui n'a pas trop voyagé. Et pour qui a trop voyagé? Trop, c'est trop, lui répondrons-nous; il n'avait qu'à se modérer. Et puis une oeuvre d'art exige un ton local . S'il n'y a pas un certain fondu, nous tombons dans la bigarrure. Et c'est un goût sauvage, assurent les bons esprits. 

Que lui reproche-t-on? De trop intervenir? Mais il n'emploie que des matériaux sûrs, ceux des proverbes, des chansons, des conversations paysannes! Et quand bien même! " Pourquoi, dit-il, n'oserais-je pas demander à être regardé moi-même comme un conteur populaire ? C'est probablement ce que signifie mon nom". Là je ne sais si Pourrat se défend bien. . Pourquoi n'oserait-il pas demander ? Je vais te le dire, cher Henri: c'est que quand tu parles " populaire", tu t'entends parler" populaire", et le conteur original, lui, ne s'entend pas. Mais, si tu ne t'entendais pas, tu n'aurais pas les qualités requises pour faire un recueil de ces contes, ce qui est besogne de rewriting. Il n'y a donc rien à regretter. Tu fais ce qu'ont fait Montaigne et surtout La Fontaine en choisissant les matériaux de leur langage. Tu fais surtout ce qu'a fait Grimm, il n''y a pas à en avoir honte! 

A quoi bon t'efforcer de te prouver rustique? D'abord tes arguments ne vont pas; prouver qu'on n'est pas citadin, n'est pas prouver qu'on est rustique( et tous les contes ne sont pas paysans, beaucoup  sont passés par la ville!) On n'est pas une fraise des bois parce qu(on n'est pas une fraise de serre. Il y a aussi des fraises de jardin. 

Ces contes sont nés de la nature, comme l'églantine, et non de l'horticulture. Pourrat les plante dans son terrain et les cultive.Peut-on dire que ce sont des roses ou garde-t-on le droit de dire avec Pourrat que, cultivée, l'églantine reste églantine? Je laisse la question aux botanistes, aux jardiniers. Pourrat trahit moins le génie populaire que ne le ferait un travail " scientifique". Un travail " scientifique" laisserait au modèle son caractère mort de fragment, d'authentique brimborion de musée. 

Importe-t-elle? Je ne le pense pas. Car ce qui est profondément vrai c'est que Pourrat trahit moins le génie populaire que ne le ferait un travail " scientifique" . Un travail " scientifique" laisserait au modèle son caraxtère mort de fragment, d'authentique brimborion de musée. Or le génie populaire , c'est le contraire, c'est la vie! L'authentique tesson d'une bouteille a bien moins le droit de s'appeler bouteille que cette bouteille reconstituée de telle façon qu'elle sert à boire. Nous y boirons . 

Et d'ailleurs Pourrat, c'est Pourrat. Rien de plus limpide. Encore un verre. 

Et c'est ainsi qu'Allah est grand . 

Alexandre Vialatte

Chroniques de la Montagne 

Editions Omnibus . Page 252, 253 . 

 

Querelle de la rose et de l'églantine. Alexandre Vialatte
Partager cet article
Repost0
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 07:47
Anthologie Jacques Viallebesset

Fasciné par l'oeuvre terrienne et magique de Jean Giono, mais aussi par celle de René-Guy Cadou et par l'Ecole de Rochefort ( notamment Jean Follain et Luc Bérimont), Jacques Viallebesset est un veilleur de haut vol, intransigeant, lyrique tout entier engagé dans le labyrinthe incendié de Louis Aragon, de Paul Eluard et de leurs héritiers. Il est issu , pour le meilleur, de ce siècle des Lumières, qui n'en finit jamais de s'éteindre. Il reste obsédé de fraternité, toujours à la croisée d'une conscience postmoderne emblématique.

" Je rêve donc je vis/ J'espère donc je suis/ Je sens donc je dis " pourrait être la devise de ce poète au " lyrisme initiatique" ( dixit Alexis Lacroix) qui n'abandonne jamais une " vision cosmique" selon Michel Baglin .

Jacques Viallebesset prouve que le romantisme est éternel, l'Art Royal également. Ce poète marche en tout discrétion " à la rencontre du soleil levant". Son métier d'éditeur fait parler de lui mais son art poétique s'est toujours bâti dans une discrétion permanente qui explique son entrée dans notre collection" Les poètes trop effacés"

Les éditeurs

 

Vous pouvez commander sur le site www.lenouvelathanor.com et amazon.fr

Vous pouvez aussi réserver cette anthologie en adressant un chèque de 15 E + 1 E de frais de port à Le Nouvel Athanor , 70 avenue d'Ivry . 75013 Paris

Si vous souhaitez recevoir un exemplaire dédicacé, veuillez me laisser un message privé sur ma page facebook jacques viallebesset. 

Merci à vous 

Que la poésie vous garde...

JV

 

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2017 7 29 /10 /octobre /2017 09:56
Gaspard des montagnes. Vingtième veillée . Henri Pourrat

La mode était venue des promenades pittoresques.Le préfet et ces messieurs de Clermont, celui des impôts, celui des eaux et forêts, celui des chemins, avaient désiré voir les curiosités, coutumes et sites du petit pays.

Gaspard les avait conduits le jeudi saint au bourg de Viverols, pour la fameuse procession nocturne des Pénitents blancs. 

 

Extrait de " Gaspard des montagnes" Henri Pourrat 

Editions Albin Michel 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2017 7 29 /10 /octobre /2017 09:53
Batailles dans le haut pays. Jacques Viallebesset

C'est la guerre dans le haut pays ardent 

Aux auberges trapues des cols neigeux 

On se sent grand et fort comme la foudre 

Quand la rage nous tient aux entrailles 

...................

Extrait de " Dans le vert des montagnes-En cheminant avec Gaspard"

A paraître 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 06:53
Au pont du merle. Jacques Viallebesset

A peine l'enlèvement d'Anne-Marie connu

Le temps de réunir les amis et seller 

Les chevaux et galoper à leur recherche 

Gaspard arrivait armé de deux pistolets

Il annonça: à l'auberge du pont du merle

.............

Extrait de " Dans le vert des montagnes-En cheminant avec Gaspard"

A paraître 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 06:51
Gaspard des montagnes. 19iè veillée. Henri Pourrat

Toujours une oreille au vent pour les bavardages des routes, ceux des colporteurs, des musiciens, des mendiants qui venaient à la Belle Bergère troquer leurs croûtons contre du pain frais. Jeuselou, le Dragon s'en amusaient comme d'une gageure. Il savait si bien amener ceci, cela , faire parler tous ces frères-là sur les caches, sur les avares. 

 

Gaspard des montagnes. Editions Albin Michel 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :