Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 12:06

Il n'y a pas d'autre révolution possible que d'essayer de s'améliorer soi-même.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 10:56

Monsieur Sapiro. Benny Barbash.ed. Zulma, 352 p. 22 E.

 

Depuis Blaise Pascal, on sait que “ un roi sans divertissement est un homme plein de misères” et que l’ennui, cette impression de vide, cette lassitude morale qui fait que l’on n’a goût à rien est le pire des sentiments qui guette l’homme ordinaire. A cela, un seul remède : le divertissement. C’est le cas de Mike, le héros que met en scène Benny Barbash, mais Mike n’est pas le Capitaine Langlois du roman de jean Giono et ce n’est pas par les mêmes méthodes qu’il va essayer de retrouver la jouissance. Il est publicitaire, donc un homme d’imagination… Ressassant, dans un bar d’hôtel, la morosité et la banalité de son existence, sa vie bascule, alors que la serveuse, accorte et dotée de quelques appâts qui ne le laissent pas indifférent, s’avance, annonçant que Monsieur Sapiro est demandé au téléphone. Dans les quelques minutes où toute l’action du roman se concentre, Mike invente la vie rêvée, fantasmée  de Monsieur Sapiro, faussaire en peinture …. Avec ce prétexte romanesque d’une usurpation d’identité, qu’Amélie Nothomb a, par exemple, utilisé dans Le fait du prince, il y a de quoi faire de la littérature …ou pas. Benny Barbash, l’une des figures les plus importantes des lettres contemporaines israéliennes se sert de ce prétexte pour nous offrir  une fable drôle, loufoque, ironique, cynique même. Mike n’est pas sans rappeler le Monsieur Dutilleul du Passe-muraille de Marcel Aymé. Un Marcel Aymé, désenchanté, pas dupe des faiblesses humaines, maniant l’ironie, mâtiné de l’humour dévastateur de Woody Allen. Et c’est avec la même jubilation que celle qu’il a dû avoir à l écrire que nous basculons, en le lisant, dans cette vie rêvée de Mike. Cette mise en abîme d’un personnage usurpant l’identité  d’un faussaire se prenant lui-même pour un autre plonge le lecteur  dans  un questionnement sans fin sur ce qui fonde l’identité d’un individu, identité mouvante et plurielle, sur ce désir, commun à tous les hommes , de  s’inventer une autre vie , ailleurs et autrement . Le décor est ici celui de la société israélienne contemporaine, la situation, celle d’un quadragénaire dont l’aventure amoureuse avec sa femme arrive à sa fin , mais cela importe , finalement, guère , hormis qu’elle permet à l’auteur quelques digressions sur le désir , le plaisir, le sexe qui sont savoureuses . C’est avec virtuosité, une légèreté de plume déconcertante que Benny Barbasch tend au lecteur ce même miroir dans lequel Mike se regarde : « il est surpris de voir son reflet siroter du café dans la même tasse que lui, en faisant les mêmes mouvements. Derrière lui, dans le miroir, il aperçoit la serveuse qui passe entre les fauteuils, en portant un tableau magnétique, annonçant en grandes lettres dorées MONSIEUR SAPIRO ». Vous l’avez compris, le roman que Benny Barbash est un  miroir dans lequel il nous invite à nous regarder, car nous sommes tous des Mike. Nous inventons nos vies jusqu’à ce que nos inventions se mêlent au réel. Cela s’appelle la littérature.

AJL

Magazine littéraire . Février 2012

Partager cet article
Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 10:53

  

« Résister. Editer. Ecrire » est le sous-titre de l’ouvrage écrit par Bruno Doucey en hommage à Pierre Seghers. Ce pourrait être la devise de la maison d’édition qu’il a créée  en mai 2010 et le manifeste de celle-ci. Depuis, ce sont dix-neuf  recueils qui ont déjà jalonnés cette aventure éditoriale. Bruno Doucey veut promouvoir une poésie « vivante et généreuse, ouvrant les horizons, ouverte et offerte à tous ». De James Noel (Haïti) jusqu’à Moncef Ouhaibi (Tunisie) et Corinne Hoex (France) en passant par Maram al-Masri (Syrie) et David Rosemann-Taub (Chili), Bruno Doucey montre, en cinq collections, les couleurs bigarrées de la poésie contemporaine, en faisant, par ailleurs , la part belle à la poésie féminine. Une poésie métissée, rendant compte des bruissements du monde, ouverte sur l’actualité et  l’universel, c’est bien là le programme d’une poésie engagée, de combat, fidèle à  l’esprit de résistance de Pierre Seghers. A travers la diversité de ses auteurs, venus de tous les horizons et repoussant sans trêve  les frontières de la langue, la politique éditoriale de Bruno Douvey vise à faire valoir l’unicité de l’humanité et à bâtir un nouvel art de vivre ensemble. La naissance de cette maison  est l’une des  preuves  de la vitalité enthousiaste de l’édition poétique actuelle en France. Pierre Seghers  disait : «Si la poésie ne vous aide pas à vivre, faîtes autre chose » ; Bruno Doucey, suivant ses traces,  a choisi, en nous faisant découvrir, sans exclusive, les diverses facettes d’une « poésie essentielle à l’homme autant que les battements de son cœur . »

 

AJL

Magazine Littéraire .Février 2012

Derniers ouvrages publiés : Corinne Hoex. Rouge au bord du fleuve. 64p. 6, 10 E . Moncef Ouhaibi. Que toute chose se taise. 64p. 6, 10 E.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 10:50

Le nom de Jean-Pierre Siméon est tellement associé au « Printemps des poètes » qu’il incarne, il voyage tellement aux quatre coins de la France et du monde , dans les écoles, les bibliothèques, les théâtres, les festivals, pour promouvoir la poésie que l’on en viendrait parfois à oublier que derrière l’homme social et sociable , le passeur inlassable , le militant de la poésie sous toutes ses formes, se dissimule un homme qui trouve le temps d’en consacrer encore à cet exercice solitaire qu’est l’écriture poétique. Pourtant, depuis 1978 et son premier recueil, Traquer la louve, jusqu’au Traité des sentiments contraires en 2011, c’est bien une oeuvre que construit, recueil après recueil , le poète Siméon. Revendiquant l’influence de Paul Eluard, la poésie de Jean-Pierre Siméon est exigeante, non pas parce qu’elle serait hermétique, mais parce qu’elle ne se laisse aller à aucune facilité. Préférant le maniement des mots aux maniements des idées, frappant par la force de ses métaphores et par la musicalité rythmée de ses vers, Jean-Pierre Siméon laisse à ses poèmes leur part de mystère, ouvrant ainsi le sens et permettant au lecteur de multiples  interprétations. Inspiré par la musique de Schubert, le Traité des sentiments contraires est une œuvre de la maîtrise et de la maturité. Ouvert à toutes les formes et à tous les étonnements Jean-Pierre Siméon  en appelle à la joie en ses termes : «  oh, laissons-là venir compagne jaillissant d’un buisson inconnu ». La nôtre est de le redécouvrir à chaque lecture.

AJL

Magazine Littéraire . Février 2012  

Dernier ouvrage paru : Traité des sentiments contraires. ed Cheyne.80 p.15 E

Partager cet article
Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 10:27

Les âmes aux pieds nus. Bilingue .Ed. Le temps des cerises. 15 E

Par la fontaine de ma bouche . Bilingue Ed Bruno Doucey. 12 E

Une voix, nue, humaine,  libre et souveraine  s’est levée : une voix de femme . Cette voix, c’est celle de Maram al-Masri, poète née en Syrie à Lattaquié en 1962, exilée à Paris depuis 1982. Mais ce n’est pas de cet exil-là dont parle Masram al-Masri, pas non plus des femmes d’un Orient fantasmé. Elle rend la parole à des dizaines de femmes de tout âge et de toutes conditions  à qui on l’a confisquée, exilées dans leur propre vie car victimes de la violence qui leur est faite par de trop nombreux bourreaux  domestiques . Ce pourrait être un cri de révolte ou une longue plainte, la poète pourrait user d’effets poétiques et lyriques , d’emphase et de grandiloquence , c’est tout l’inverse. Le vers est bref, clair, sobre pour dire l’émotion contenue, la langue est celle d’un quotidien économe de mots et c’est, justement, de cette économie et de cette pudeur retenue que naîssent la justesse des images et la puissance du poème. Ces intimes blessures béantes,  Maram al- Masri les recouvre avec délicatesse d’un voile de  tendresse et les soigne d’une caresse d’amour , car , même dans le manque et la douleur , c’est bien  l’amour que dit  Maram al-Masri.

C’est encore une femme que chante la poète dans « Par la fontaine de ma bouche »,  une femme aimée d’un amour charnel. Il n’est question ici que de corps à corps, de caresses, de passion et d’émotion , d’érotisme enfin. Ce sont les chants d’amour du Cantique des cantiques glorifiant le ventre, les seins, le sexe, exaltant le désir, le plaisir et la jouissance. Maram al-Masri nous parlerait-elle des amours sapphiques et de la fontaine de sa bouche, seraient-ce les mots de Lesbos qui couleraient ? Oui, à condition d’entendre que c’est avec La Poésie que Maram al-Masri fait l’amour. Oui, si l’on comprend  qu’elle se donne tout entière à la poésie en même temps que la poésie s’incarne en elle et par elle, dans une relation égalitaire. Sappho, oui, plutôt  qu’Ishtar ou Shéhérazade auxquelles elle se réfère pourtant ou plus exactement, une Louise Labé de la modernité, renouant avec le lyrisme incandescent  de la poétesse de l’antiquité et comme elles deux, nous rappelant que la poésie est féminine .

 

AJL .Magazine littéraire . Juillet 2011

 -Les âmes aux pieds nus .

Je les ai vues

toutes passer dans la rue

âmes aux pieds nus,

regardant derrière elles,

inquiètes d’être suivies

par les pieds de la tempête,

voleuses de lune

elles traversent, déguisées en femmes normales.

Personne ne peut les reconnaître

Sauf celles

Qui leur ressemblent.

Encadré 2- Par la fontaine de ma bouche

Et comme si

une voix étouffée me parvenait

vers laquelle mon oreille se tend

comme si quelqu’un pénétrait mes entrailles

elle lui prête l’oreille

et de temps à autre capte l’onde

d’un signal

elle l’habille d’un corps

qui devient voix

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 10:22

 

René-Guy Cadou. Comme un oiseau dans la tête. Préface inédite de Philippe Delerm .  Isbn : 978-2-7578-2471-9. Ed Points

« Rien ne subsistera de moi dans votre histoire » écrivait Cadou. Pourtant, soixante après sa mort, la poésie de Cadou n’a jamais été aussi présente. En témoigne la parution de l’anthologie Comme un oiseau dans la tête, regroupant deux cent quinze poèmes sélectionnés par Jean-François Jacques et Alain Germain. L’occasion est ainsi donnée de redécouvrir l’étendue de l’œuvre de Cadou et de mettre fin à un malentendu. Celui-ci est, en effet,  devenu un poète de l’école et de l’enfance. Certes, Cadou l’écrivait lui-même : « Il y a quelque chose qui fait que l’on a trop tôt quitté l’enfance et que l’on recherche tout au long de sa vie ». La nostalgie de  l’école et l’enfance tiennent, certes, une place importante dans son œuvre ( La vieille classe de mon père,/ Pleine de guêpes écrasées,/ Sentait l’encre, le bois, la craie/Et ces merveilleuses poussières/ Amassées par  tout un été)à coté de son amour proclamé pour Hélène. ; mais il s’agit surtout pour lui de retrouver ce premier regard que l’enfant porte sur le monde et le cosmos, les êtres et les choses, fait de questionnement et d’émerveillement. Dans sa langue lyrique sensible et sensuelle, Cadou poursuit d’abord une quête du sacré et de la plénitude de vie, cherche surtout à montrer les liens qui unissent le visible et l’invisible ,la vie et la mort, le règne végétal et animal et les humains entre eux, le sens d’une vie vécue «  à pleins poumons ».

 

AJL .

Magazine littéraire.

Janvier 2012

Partager cet article
Repost0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 06:15

Ce n'est pas la violence mais le bien qui supprime le mal.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 06:00

Un enfant porta mon nom mon prénom

nous avions tous deux figures parentes

j'ai preuve qu'il est parole vivante

parfois je l'appelle et nul ne répond

Est-il mort ou vif? j'ai là des photos

je sais qu'il était da santé fragile

où est-il perdu? dans quelle outre-ville?

il a laissé là vestes et manteaux .

 

Les murs de sa chambre aux ramages verts

sa table en bois clair son lit bleu marine

et ses draps si doux couleur de farine

où sont-ils partis, dans quels univers

Il souffrait parfois d'étranges tourments

dix ans yeux châtains et bouche petite

plutôt blanc de teint sujet aux bronchites

tel est à peu près son signalement

 

Si vous le voyez un jour revenir

parlez-lui de moi avec indulgence

et puis laissez-le errer en silence

parmi les décombres et les souvenirs.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 09:21

Tout chemin aboutit au même point: la désillusion

Partager cet article
Repost0
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 08:50

Nature au coeur profond sur qui les cieux reposent,

Nul n'aura comme moi si chaudement aimé

La lumière des jours et la douceur des choses,

L'eau luisante et la terre où le vie a germé.

 

La forêt, les étangs et les plaines fécondes

Ont plus touché mes yeux que les regards humains

Je me suis appuyér à la beauté du monde

 Et j'ai tenu l'odeur des saisons dans mes mains.

 

J'ai porté vos soleils ainsi qu'une couronne

Sur mon front plein d'orgueil et de simplicité,

Mes jeux ont égalé les travaux de l'automne

Et j'ai pleuré d'amour aux bras de vos étés.

 

Je suis venue à vous sans peur et sans prudence

Vous donnant ma raison pour le bien et le mal,

Ayant pour toute joie et toute connaissance

Votre âme impétueuse aux ruses d'animal.

 

Comme une fleur ouverte où logent des abeilles

Ma vie a répandu des parfums et des chants,

Et mon coeur matineux est comme une corbeille  

Qui vous offre du lierre et des rameaux penchants.

 

Soumise ainsi que l'onde où l'arbre se reflète

J'ai connu les désirs qui brûlent dans vos soirs

Et qui font naître au coeur des hommes et des bêtes

La belle impatience et le divin vouloir.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :