Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 10:26

La vraie liberté est de pouvoir toute chose sur soi

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 09:55

Depuis le mois de Juin , le microcosme de la poésie, je veux dire ce que la poésie , qui ne saurait être réduite à cela, compte d’auteurs plus ou moins reconnus, d’éditeurs , d’organisateurs d’évènements, d’institutions , a été agité , par divers mouvements et réactions. Ce fut d’abord , en début d’été une pétition , lancée par certains, que Jean-Luc Godard appelait les « professionnels de la profession » , contre une réforme souhaitée par la direction du Centre National du Livre ; réforme dont, au demeurant,  nul ne sait ce qu’elle recouvrait , sinon que le budget de subventions alloué à la poésie n’était pas remis en cause , puisqu’elle n’a pas eu le temps d’être présentée avant qu’elle ne soit rangée dans les cartons … Et l’été passa et la vaine polémique s’éteint  quand l’automne vint . C’est alors que le ciel s’assombrit et que la foudre tomba .Dans un appel « au secours » , à la fois désespéré et pathétique , Jean-Pierre Siméon , le directeur artistique du « Printemps des poètes » apprenait à la planète « poésie » , deux choses :d’une part  que le Ministère de l’Education Nationale  amputait la subvention qu’il accorde depuis des années de soixante-mille euros, d’autre part  que ce manque de soixante-mille euros remettait en cause l’existence même du prochain «  Printemps des poètes » ;  De plus , il  invitait  tous celles et ceux qui aiment la poésie à écrire à Monsieur le Ministre de l’Education Nationale pour qu’il rétablisse sa part de subvention. Depuis, des milliers et des milliers de personnes ont envoyé cette lettre à M. Le Ministre de l’Education Nationale. J’espère que les signataires, prompts à pétitionner en Juin, ont tous répondu à cet appel … Depuis, de nombreuses «  personnalités » du monde poétique ont écrit. Depuis,  les réseaux sociaux se sont mobilisés et ont recueilli, eux aussi, des milliers de signatures. Pour l’instant, en vain. Le Ministère de l’Education Nationale fait la sourde oreille…D’aucuns, rêvant sans doute d’un « grand soir » de la poésie en sont à envisager de défiler derrière des banderoles. D’autres encore s’apprêtent à créer un « syndicat des poètes » …Et l’hiver arrive, temps de la réflexion, avant que les forces de la vie ne germent à nouveau et qu’éclose le Printemps.

Que penser de tous ces évènements ?

Tout d’abord que le Conseiller de Monsieur le Ministre de l’Education Nationale a fait faire à Vincent Peillon, éminent philosophe qui connait la fonction primordiale de la poésie , qui est de contribuer à « ré-enchanter le monde » , de redonner du sens et de l’espérance, de réveiller le rêve ( Qui a dit qu’il voulait « réveiller le rêve français » ?) et dont l’engagement en faveur de la poésie ne saurait être , à priori, remis en cause , plus qu’une erreur comptable . Il lui a fait faire une vraie « Faute » politique . Connait-il, celui-là, la petite école de Louisfert , où pendant des années, le « hussard noir de la République » qu’était l’instituteur René-Guy Cadou , après avoir « enseigné » toute la journée à des enfants de paysans à lire, écrire et compter, repoussait ces cahiers d’écoliers qu’il venait de corriger , pour écrire une des plus grande œuvre de la poésie française du vingtième siècle , œuvre d’ailleurs apprise dans les écoles ? Sait-il, celui-là , que l’association «  Le printemps des poètes » a implanté , avec le soutien de la Fédération Nationale des Collectivités pour la Culture , la poésie au cœur de la vie citoyenne, dans trente villes  et villages français, en leur accordant le label, inventé en 2011, «  Villes et villages en poésie » ? Ignore-il que cette même association, ses responsables et son personnel , compétent, créatif et entièrement dévoué à la promotion de la poésie, organise , chaque année , avec l’Office central de la coopération à l’école , des stages destinés aux enseignants , et décerne le label «  Ecole en poésie » . Mésestime-il le rôle de reconstruction du lien social , qu’à travers les milliers d’évènements , organisés chaque année dans le cadre du «  Printemps des poètes » , celui-ci joue ?

Certainement ! Il faut donc conclure que «  la poésie » n’est pas au programme de l’Ecole Nationale d’Administration, ce qui est dommage et dommageable.

Ensuite, que le «  Printemps des poètes », « invention » heureuse de quelques personnalités du monde de la culture , dont un politique « éclairé » connaissant , lui, la fonction sociétale des symboles et de la fête dans toute société , dont il ne vient à l’idée de personne qu’il disparaisse , ne saurait dépendre seulement des fluctuations budgétaires de quelque ministère que ce soit , ni des orientations politiques de tel ou tel gouvernement . La poésie  appartient à tous : poètes, éditeurs, comédiens, organisateurs d’évènements poétiques le plus souvent bénévoles , enseignants, libraires , lecteurs et surtout au public, ce public , issu de tous les milieux socio-culturels , qui se compte par centaines de milliers de personnes ,qui assistent et participent aux plus de dix-mille évènements organisés au printemps mais , préparés et coordonnés toute l’année par l’association «  Le printemps des poètes » . Certes, la poésie , dans son ensemble , est économiquement très fragile et ne saurait se passer des subventions publiques , que ce soit celles des collectivités territoriales  ou celles, nationales , des différents ministères . C’est , effectivement, essentiellement grâce à deux événements que la poésie a retrouvé  droit de cité . L’un , précurseur , créé il y a trente ans , Le Marché de la poésie, qui a su fédérer , à sa manière , tous ceux qui participent à la création , édition  et diffusion de la poésie en France, l’autre, le «  Printemps des poètes » qui a su rassembler sous sa marque, devenue elle-même un  «  label » , les milliers de bonnes volontés créant et animant des événements poétiques , en transcendant les clivages qui marquent ce milieu. Mais suffit-il que  toutes celles et ceux-là pétitionnent et manifestent ? Certes, il faut le faire,  pour que les pouvoirs publics maintiennent et même augmentent leurs soutiens et leurs aides. Le monde poétique ne saurait se contenter d’un statut d’assistanat.  Souvenons –nous de l’origine du mot poésie : « Poïesis » : Faire .

Enfin, qu’il faut «sauver le printemps des poètes » en ne laissant pas l’association qui l’anime et le coordonne dépendre du «  bon ou mauvais vouloir des gouvernants ». Si la poésie est, par excellence, acte de partage gratuit, sa diffusion, sa promotion, sa propagation ne sauraient  mésestimer le rôle de l’argent pour ce faire . Sauver «  Le printemps des poètes »  c’est donc donner à l’association qui le gère et l’anime, des moyens financiers. C’est en mobilisant tous celles et ceux qui, à quelque titre que ce soit, aiment la poésie, que cela peut se faire. L’association «  Le Printemps des poètes » a besoin de mécènes !  Que tous ceux qui ont, un jour,  participé, à quelque titre que ce soit au « Printemps des poètes » y aillent de leur obole, même modeste, surtout si elle est modeste. Que tous ceux qui ont bénéficié de son soutien en voyant leur travail «  labellisé  »  aient quelque reconnaissance. Que tous ceux qui aiment la poésie fassent un geste de générosité, en faisant honte aux épiciers du cœur. L’association « Le Printemps des poètes » n’a pas besoin de charité mais de solidarité, en actes, c’est-à-dire  en espèces « sonnantes et trébuchantes »

Revenons à l’essentiel : la poésie vous aide à vivre ? Aidez-le « Printemps des poètes » à vivre..

Que la poésie vous garde…

AJL 6 Décembre 2012

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 06:00

La vie ressemble à un conte, ce qui importe ce n'est pas sa longueur mais sa valeur.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 06:00

Si tu t'empares d'un peu de terre,

d'une feuille évadée de sa branche,

est-ce bien pour te souvenir

de ce qui s'est effondré trop tôt

avec la discrétion de l'ombre

glissant sur un mur?

 

En cherchant ce pays

dont les distances

ont brouillé la géographie

tu parviens à suivre

une piste imaginaire

qui te ramène sans cesse ailleurs.

Tu es resté sur l'autre versant,

tu as tenté de te rejoindr,

mais tu n'as saisi que le vide et le vent.

Ce pays ne t'appartient pas:

aucune saison pourtant

ne fera place

à ce qui s'appelle l'absence.

 

Ce qui te porte encore

plus loin que l'horizon

c'est cette lueur passée

que ton regard a conservée

et qui met en relief

un sommet, une vallée

que les distances n'ont pas abolies,

cela qui te permet

demarcher à l'aveugle

le long d'une route

de traquer l'absence,

même quand les balises

ont disparu.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 12:12

Il n'y a pas au monde assez d'amour pour qu'on le gaspille.

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 09:41

Je sais qu'un homme peut être heureux en ce monde

Et je sais que le monde est un monde d'imagination et de vision

Je vois tout ce que je pense en ce monde

Mais tous ne voient pas de même

Aux yeux de l'avare une guinée est bien plus belle que le soleil,

et un sac usé par l'argent a de plus belles proportions qu'une vigne chargée de raisins.

L'arbre qui fait verser aux unes des larmes de joie

Est aux yeux des autresqu'une chose verte qui se dresse en travers du chemin.

Certains ne voient dans la nature que ridicule et difformité,

et ce n'est pas selon eux que je réglerai mes proportions,

d'autres, c'est à peine s'ils voient du tout la natureMais aux yeux de l'homme d'imagination ,

la nature est l'imagination même.

Selon ce qu'un homme est, ainsi voit-il

Selon la façon dont l'oeil est formé, ainsi sont ses pouvoirs

Vous faites certainement erreur quand vous dites

Que les visions de l'imagination ne se trouvent point en ce monde,

Pour moi ce monde n'est qu'une vision continue de l'imagination

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 11:21

La poésie réside moins dans l'illustration d'un genre littéraire que dans une attitude, une conception de la vie, de la mort, de l'amitié, de l'homme et de la nature. La poésie est ce qui permet au monde et à l'existence d'être organiques et non plus mécaniques , vivants et non plus morts, subtils et non plus grossiers, spirituels et non plus lestés du poids de la matière. En ce sens, la sensibilité poétique contribue au réenchantement d'un monde désormais privé de ses charmes et de son aura par une modernité marchande.

Frédéric Lenoir

La Guérison du monde. éditions Fayard

Prix HUMANISME 2012 des Prix littéraires de l'Institut Maçonnique de France

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 09:25

La gentillesse est la noblesse de l'intelligence .

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 06:00

Ils n'existent pas, les poètes

Ils naissent sans cesse

Et surgissent sans prévenir

De la glaise du poème

 

Qui est-il cet autre qui nous rêve?

Ils vont se chercher de par le monde

Eux, les poètes

La terre creuse et désoeuvrée.

 

Une chimère défigure la Parole perdue

Et le poète entame son pélerinage

Un désert noir fond sur les blés

Et le poète l'arrête d'un cri d'enfant

 

Qui sait la lettre qui ouvrira la lucarne?

Il y a un être entier dans la paume de nos mains

Et nous ne voyons rien

Ou si peu...

                  les poètes

 

INEDIT. Copyright Matthieu Baumier

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 15:26

Qu'importe ma vie! Je veux seulement qu'elle soit fidèle jusqu'au bout à l'enfant que je fus.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :