Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2021 1 08 /02 /février /2021 07:04
Bois gravé de François Angeli pour GASPARD DES MONTAGNES d'Henri Pourrat

Bois gravé de François Angeli pour GASPARD DES MONTAGNES d'Henri Pourrat

Dans l'odeur de résine des montagnes

Entendez-vous comme moi j'entends 

L'appel de liberté feuillue de la forêt 

L'eau dévale de la roche avec vigueur 

Dans les feuilles d'herbe et dans le vent 

 

Je suis le compagnon de tout ce qui chante

La folle danse des étoiles et de la lune 

Le grand frère des fées et des elfes qui hantent 

La clairière de notre solitude commune 

 

Dans l'horizon troué de nuées bleues

Ressentez-vous comme moi je ressens 

Des torrents de sève roulent dans mes veines 

Les bourgeons me font un printemps au coeur 

Dans la blondeur des blés et des seigles 

 

On n'a d'autre joie que sa propre liberté 

Faisons feu de grand bois ici et maintenant 

La joie d'être s'allume dans les hautes futaies 

Pour vivre la vie comme un éternel présent .

 

Extrait de " Dans le vert des montagnes-En cheminant avec Gaspard"

Editions Entrelacs 

Illustré par Sat

84 pages. 16, 50 e

ISBN : 979-10-90174-52-8

disponible en librairie, sur www.dervy-medicis.fr, amazon.fr, fnac.com 

et à la librairie du Moulin Richard de Bas à Ambert d'Auvergne 

Partager cet article
Repost0
7 février 2021 7 07 /02 /février /2021 05:16
illustration Paul Trilloux

illustration Paul Trilloux

Où Vivre-Ensemble est un château.

Un homme, à part fait chambre noire 

et  fixe à la lueur des mots 

la sainte face de ses frères. 

 

- Poète, Ô chatelain de nos misères

dis-nous de quels mots tu te chauffes! 

- J'approche de la flamme

à petits mots, je sais. 

Je n'ai pas le secret d'en imposer au sang

qui bat aux tempes de l'ennui négligemment.

Mes vers charbonnent par instants, 

ma lampe manque de silence. 

 

Vous ne rêvez sur mon poème

qu'à petit feu, je le sais bien, 

excusez-moi du peu. 

Mon poèmeest bouquet de cendres, 

mémoire muette d'un jeu

chaud seulement d'avoir été. 

 

Pourtant-qui en sait la raison? 

à bout de regard et pour tous

je porte un poids de nuits tombées

de vos mémoires défaillantes.

 

Mais, comme vous, je serai seul

quand se posera sur mon rire 

le givre de ne plus aimer.

 

Où-Vivre-Ensemble est un château 

- Poète, Ô châtelain de nos misères, 

donne nous ta faim quotidienne. 

 

Christian Moncelet 

Extrait de Noctalgies-silence d'honneur 

Editions BOF 1982 

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2021 6 30 /01 /janvier /2021 09:12
Peinture de Claude Legrand

Peinture de Claude Legrand

Qu'on me donne l'aurore et l'espace 

Un cheval une route l'horizon

J'embrasserai tous les jours le vent

 

Qu'on me donne où vivre un village 

De tuiles rouges et de mésanges bleues 

Pour rencontrer des amis de froment 

 

Une épaule tendre où pser ma tête 

Avant le fracas noir des orages 

 

Qu'on me donne le chant de l'eau vive 

Une épaule tendre où poser ma tête 

Avant le fracas noir des orages 

 

Qu'on me donne un doux crépuscule 

Où les boeufs se mirent dans l'abreuvoir

Qui reflète un ciel pervenche de soie 

 

Qu'on me donne la ronde des saisons 

Une source un arpent une prairie 

J'inventerai pour vous chaque jour la vie.

 

Extrait de Le plain-chant des hautes terres 

éditions Le nouvel athanor 

Disponible chez votre libraire

sur le site de l'éditeur www.lenouvelathanor.com 

fnac.com , amazon.fr 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 08:33
Constellations - Georges-Emmanuel Clancier

Ces deux au coeur de la nuit claire, 

Guetteurs d'ils ne savent quel mot

Que terre et temps ont peut-être oublié

Et qui ferait s'ouvrir le monde

Comme un fruit éclaté dans l'été

Les longs dormeurs noirs à l'horizon 

Les monts en bivouac depuis l'éternité

Le niagara muet du ciel et des étoiles, 

La source au loin de cette aurore inverse 

Et là le prélude que font à la fraîche 

Les chaudes odeurs des silex et des herbes .

Ce ne sera pas encore pour cette nuit 

Le nom, le secret, la clef, 

Mais qu'elles furent proches de s'entrouvrir 

Les sombres lèvres de l'espace. 

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2021 4 28 /01 /janvier /2021 08:22
J'arrive où je suis étranger.Aragon

J'arrive où je suis étranger

Un jour tu passes la frontière

D'où viens-tu mais où vas-tu donc

Demain qu'importe et qu'importe hier

Le coeur change avec le chardon

Tout est sans rime ni pardon

Passe ton doigt là sur la tempe

Touche l'enfance de tes yeux

Mieux vaut laisser basses les lampes

La nuit plus longtemps nous va mieux

C'est le grand jour qui se fait vieux

Les arbres sont beaux en automne

Mais l'enfant qu'est-il devenu

Je me regarde et je m'étonne

De ce voyageur inconnu

De son visage de ses pieds nus

Peu à peu tu te fais silence

Mais pas assez vite pourtant

Pour ne sentir ta dissemblance

Et sur le toi-même d'antan

Tomber la poussière du temps

C'est long vieillir au bout du compte

Le sable en fuit entre nos doigts

C'est comme une eau froide qui monte

C'est une honte qui croit

Un cuir à crier qu'on corroie

C'est long d'être un homme une chose

C'est long de renoncer à tout

Et sens-tu les métamorphoses

Qui se font au-dedans de nous

Lentement plier les genoux

ô mer amère ô mer profonde

Quelle est l'heure de tes marées

Combien faut-il d'années-secondes

A l'homme pour l'homme abjurer

Pourquoi pourquoi ces simagrées

Rien n'est précaire comme vivre

Rien comme être n'est passager

C'est un peu fondre comme le givre

J'arrive où je suis étranger

 

Louis Aragon

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2021 7 24 /01 /janvier /2021 09:19
Sur un fil . Jacques Viallebesset

J'ai largué toutes les amarres 

Un seul fil de sang me relie

A la vie et à toi lointaine 

Vers qui titubant j'avance 

 

Je ne sais danser solitaire 

Sans toi qui es mon balancier 

Comment engendrer des étoiles 

Dans la nuit  déserte d'aimer 

 

Sous moi la terre va s'engloutir 

Île éphémère où un homme 

Aura cherché le seul chemin 

Qui va d'un coeur à un autre 

 

Ce fil qui noue deux étoiles 

Ruisselantes d'amour  à jamais . 

 

Poème inédit 

Tous droits réservés. 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 15:33
Le berger des mots. Jacques Viallebesset

 

Je crois à la religion de l'Amour

Sans autel ni pierre de sacrifice

Où offrir les coeurs à la cruauté 

D'eux qui n'ont d'humain que le nom

 

Je ne suis qu'un berger de mots drus 

Qui disent l'amour le bonheur et la joie

Un frère vivant de notre boule de glaise   

Où se mêlent  bêtes arbres eaux et vents  

 

A la violence aveugle de la société  

J'oppose le rythme des saisons du coeur

Aux forces animales et destructrices

Je dis l'amour de toutes  générations  

 

Je vous tends la fleur de mes mots

Qui exhalent le parfum de ce qui est

Et demeure à jamais insaisissable 

Pour que vous en savouriez la sève  

 

Je chante pour vous la vie universelle

De la braise des coeurs aux étoiles  

Le monde vous et le cosmos tenez 

Par la seule magie du verbe espérer 

 

Je vous écris de loin d'avant que naître

Des mots chiffrés du souvenir des choses 

Qui parlent aux êtres du monde entier

Et font de moi un contemporain sans âge 

 

Mes mots ne sont pas que des mots  

Un tendre bélier invisible les rameute

Pour que je les mène au foyer des coeurs

Même si j'ai bien peu de vocabulaire  

 

Il faut aimer envers et contre tout 

Aimer aimer toujours et encore 

Car la vie est brêve nichée au coeur

La mort déjà nous tend ses bras.

 

Poème extrait de Le pollen des jours  Editions Le Nouvel athanor, ISBN 9 782356 230492 

Disponible sur Amazon.fr , Fnac.com , les bonnes librairies et l'éditeur. 50 rue du disque 75013 Paris ( 15 E + frais de port) et sur sa boutique en ligne www.lenouvelathanor

 

     

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 15:30
Une fenêtre ouverte . Paul Eluard

La nuit n'est jamais complète 

Il y a toujours puisque je le dis 

Puisque je l'affirme 

Au bout du chagrin une fenêtre ouverte 

Une fenêtre éclairée

Il y a toujours un rêve qui veille 

Désir à combler faim à satisfaire 

Un coeur généreux 

Une main tendue une main ouverte 

Des yeux attentifs 

Une vie la vie à se partager . 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2020 3 30 /12 /décembre /2020 08:22
Les Nobles Voyageurs. Jacques Viallebesset

En hommage à OV. L de Milosz

 

Chevaliers errants qui rêvent leurs vies et vivent leurs rêves

Vagabonds solitaires de l'âme chemineaux anonymes de l'esprit

Ils traversent le temps et l'espace sans repos ni trève

Pour venir allumer des soleils noirs au coeur de la nuit

 

Ayant l'âge du sable de la mer et du vent du désert

Empruntant les vêtements du siècle où nous sommes

Le pain des forts et le sel leur sont offerts 

Dans des haltes secrètes où s'aiment les hommes 

 

Alchimistes du Verbe et forgerons de l'âme

Ce sont des maîtres sans temple qui ont rendez-vous

Une lanterne sourde à la main protégeant la petite flamme 

Dans la clairière de l'ëtre où règne l'amour fou 

 

Ils pérégrinent de siècle obscur en siècle obscur

Portant sur leur épaule droite un noir corbeau 

Eclairant le chemin des consciences pures

Pour que le monde et les jours soient enfin beaux

 

L'oeil est le soleil du coeur comme le coeur celui de l'esprit.

Venant ici et maintenant dans le monde sans lui appartenir

Réincarner dans le creuset des coeurs la parole qui vit

En eux s'élève le souffle d'une vie plus forte que la mort à venir .

 

Poème extrait de " Le pollen des jours"    Editions Le Nouvel Athanor. Mars 2014.

Disponible sur Amazon.fr, Fnac.com, les bonnes librairies et l'éditeur 50 rue du disque 75013 Paris , contre un chèque de 17 E . 15 E +  frais de port et sur la boutique en ligne de l'éditeur www.lenouvelathanor.com

  

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2020 3 30 /12 /décembre /2020 08:21
Le cheval sans tête. Jacques Viallebesset

Dans les alvéoles de ma mémoire

L'enfant que j'étais caracole encore

Enfourchant un cheval sans tête

Le bout du monde était au coin de la rue

Mon chien et moi buvions le vent

 

Je suis sorti debout des pages d'un livre

Pour que mon cerf-volant s'accoude

Au-delà des nuages plus haut sur le vent

Je n'ai vu de cette vie qu'un obscur royaume

 

Les étoiles que je cherchais ont filé

Rien jamais ne s'oppose à la nuit brune

J'ai attendu le temps pour s'étreindre

Solitaire fraternel au coeur d'une forêt

Et en vain les aubes écarlates poindre

 

A l'instant de quitter la terre des songes

Pour rejoindre la source du mystère

Le cheval sans tête encore sera mon destrier

Surgissant écumant d'un livre de sable

Pour m'emporter sur la plage du néant.

 

Poème extrait de Le pollen des jours.

éditions Le nouvel athanor

Disponible sur le site de l'éditeur www.lenouvelathanor.com, amazon.fr, Fnac.com 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :