Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 06:00

L'énigme, semblable au pigeon voyageur, porte dans ses plumes un message, que d'autres devront, pour en extraire le vrai sens, déchiffrer. Pierre Reverdy

 

14 Janvier 2006

 

Marc Delano était rentré chez lui avant que le jour ne se lève. Il n'aimait pas, il n'aimait plus qu'une femme partage son réveil. Celà éveillait en lui trop de souvenirs confus, d'espoirs et de désirs qui avaient fini par se torpiller dans les habitudes et le quotidien sordide. Salomé paraissait dormir. Peut-être faisait-elle semblant? Delano la détailla une fois encore. Elle était si émouvante à présent avec ses cheveux ébouriffés et cet air apaisé qui lui allait si bien. Il allait quitter la chambre quand elle releva doucement la tête."A bientôt ?" demanda-t-elle dans un dernier baiser, dévoilant une ultime fois sous les draps les formes généreuses de son corps. "Qui sait?" avait-il répondu dans un murmure avant de filer rejoindre le bitume et l'odeur particulière de Paris au petit matin. Dans les rues, l'activité fébrile de la journée se mettait en branle, par petites touches, un peu partout. Les premières camionnettes de livraison déchargeaient leurs marchandises , garées en double file. Là, une patrouille de la police parisienne rentrait au bercail et le capitaine ne put réprimer un petit sourire. Combien en avait-il connu dans sa jeunesse, des petits matins semblables, entassé à l'arrière d'une voiture de patrouille, implorant le ciel de retrouver son lit au plus vite? Marc roula un moment sans but.il aimait ces instants-là et avait la douce impression de s'imprégner du vestige terminal de l'âme damnée de la nuit parisienne. Celui qui qui ne ressemblait à aucun autre, nulle part ailleurs. Sur le boulevard Ney, il vit les dernières filles, roumaines, albanaises ou africaines parfois, disparaître dans de grosses berlines immatriculées à l'étranger pour la plupart; ; le jour reprenait ses droits. Le jour était immuable, clean et gris. Personne n'y vendait son corps en arpentant le bitume venteux sur les boulevards

.................................................................................................................................

La conjuration des vengeurs. L. Ducastel, J.Viallebesset. Editions Dervy. 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 06:00

Toute opinion est indifférente aux ambitieux pourvu qu'ils gouvernent. Bernadin de Saint-Pierre.

 

13 Janvier 2006

 

La journée avait été exceptionnellement ensoleillée malgré le froid hivernal. Hugo Hoben, Grand Maître de la Loge Originelle Française Traditionnelle, avait aussitôt décidé d'aller s'aérer sur la lande en compagnie de sa nouvelle amie, Simone Legris. Bras dessus, bras dessous, ils déambulaient, insouciants, riant comme des adolescents. Chacun avait pourtant cru la vie finie quand ils avaient perdu leur compagnon respectif mais voilà qu'elle revenait, qu'elle s'invitait sous un jour nouveau et inattendu.Bien sûr, il avait fallu expliquer à Simone pourquoi des policiers veilleraient sur eux en permanence durant son séjour dans la région. Elle avait été surprise de voir sa maison investie par des hommes en armes qui avaient pris place de façon à ce que la maison dans son ensemble soit sous surveillance. Pendant qu'ils prenaient un thé léger au salon, Hugo lui dévoila son engagement maçonnique ou comment son goût marqué pour l'histoire l'avait conduit à rejoindre son ami Robert Anderson au sein d'une petite obédience qu'était la LOFT . Solitaire par la force des choses après le décès de son épouse, Hoben s'était laissé convaincre d'en prendre la direction. Il n'épargna pas à Simone un long monologue sur son amour inconditionnel des rituels anciens, cette façon très personnelle d'être, de se sentir en phase avec la mzaçonnerie du temps passé, au plus près de ses valeurs originelles, mais surtout de partager des émotions communes avec des hommes morts, il y avait plus de deux cents ans pour certains. Et à ses yeux d'amoureux de l'histoire , il n'y avait pas beaucoup d'expériences, de sensations plus précieuses, plus énivrantes aussi.

Ensuite, ils avaient passé un long moment sur la plage à parler d'avenir pour mieux conjurer la peur qui leur nouait le ventre.

.................................................................................................................................

La conjuration des vengeurs. L. Ducastel, J. Viallebesset. Editions Dervy.

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 07:00

Voeux 2011 jvinternet

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 06:00

On appelle bonnes moeurs les moeurs habituelles. Mauvaises moeurs, celles auxquelles on n'est point accoutumé. Anatole France.

 

11 Janvier 2006

 

Les trois policiers, deux hommes et une femme, qui avaient filé Dangelas avaient fait un travail remarquable. Les rapportsv d'une précision sans faille, s'étalaient à présent sur le bureau de Delano. Ils stipulaient que depuis le début de la semaine, soit lundi et mardi, le leader d'extrème droite avait passé la nuit chez un ami nommé Emmanuel Audouin, rue Saint-André des arts dans le Vè arrondissement, à deux pas de la place Saint6michel. A part celà, la vie parisienne de Dangelas n'avait rien de sulfureux. La veille, il avait passé la journée à Nice et était rentré par le vol de dix-huit heures quinze. De là, il était repassé à son bureau, rue Jean-Mermoz, puis vers vingt-deux heures trente, il avait rallié directement la rue Saint-André des arts. Il n'en était ressorti que ce matin à six heures trente où un taxi l'avait conduit Gare du Nord afin qu'il prenne le TGV de six heures cinquante-huit en direction de Lille. Le mardi avait été de même facture. au programme: réunion avec des maires de Haute-Loire qui cherchaient à valoriser un domaine qui s'éytendait sur quatre communes et devanait trop lours à gérer., déjeuner avec le trésorier d'un grand parti de la droite traditionnelle, puis visite d'un immense duplex pour des clients suisses, dans le quartier de la tour Eiffel. Le soir, ilavait diné en compagnie de son beau-père, un chirurgien connu pour ses positions antiavortement, au fameux restaurant "la tour d'argent" où les deux hommes avaient leurs habitudes. Puis, après un rapide dernier verre dans un club sélect des Champs-Elysées, il était rentré chez ce Monsieur Emmanuel Audouin. Delano était quelque peu déçu. La filature n'avait rien révélé de particulier, rien d'exploitable, ni dans un sens, nui dans un autre. On en était strictement au même point. Delano décida de la prolonger jusqu'à la fin de la semaine. Vers six heures, ce soir, il irait prendre le relais de l'équipe

................................................................................................................................

La conjuration des vengeurs. Laurent Ducastel, Jacques Viakllebesset. Editions Dervy.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 06:00

Voici la chair, voici le sang. Qui a des oreilles entende. Milosz

 

3 Janvier 2006

 

Durant sa déjà longue carrière, le capitaine Delano avait été maintes fois confronté au pire. Mais ce qu'il avait là, sous les yeux, dépassait de très loin dans l'horreur ce qui lui avait déjà été donné de voir. La malheureuse victime gisait, suspendue à environ deux mètres du sol, maintenue à la poutre d'acier de la péniche en réfection dans laquelle un squatter l'avait trouvé., par une immense chaîne qui lui cerclait le torse, bras compris, à la façon des esclaves d'autrefois. Les membres de la victime avaient été soigneusement tronçonnés. Puis chaque morceau du corps ainsi découpé avait été rassemblé au moyen d'anneaux en fonte pour former une sorte de pantin désarticulé et sanglant. La position peu orthodoxe des jambes attira d'emblée l'attention du policier .Elles semblaient écartées pour ressembler à une équerre. C'était la première chose qui lui était venue à l'esprit. Et comme il avait appris que c'était un des symboles phares des maçons, il aurait aimé, là, de suite, avoir l'avis d'Anderson.Pour les maintenir dans cette position assez symétrique, le ou les assassins avaient juste fait passer la chaîne un certain nombre de fois entre les cuisses tranchées jusqu'à obtenir un angle parfait. A tout hasard, il avait demandé qu'on ne décroche pas la victime avant l'arrivée de l'historien, cependant que les équipes de la police scientifique, dirigées ce soir par Bruno Bouchet en personne, s'activaient dans leur combinaison blanche . C'est un jeune anglais nommé Mike Newels qui avait fait la découverte macabre alors qu'il cherchait un coin gratuit et tranquille pour passer la nuit. En séjour linguistique dans le pays, il s'était faché avec sa famille d'accueilet avais pris la tangente dans l'espoir de s'énivrer de Paris et de ses plaisirs. Pour l'heure, à genoux sur les pavés centenaires du quai fouetté par une brise glaciale, Mike Newels vomissait en pleurant à intervalles réguliers,...................................................................................................................

 

La conjuration des vengeurs. Laurent Ducastel, Jacques Viallebesset. Editions Dervy.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 06:15

Voeux 2011 jvinternet

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 06:00

Les Hommes perdent de leur valeur quand on les considère comme les membres d'une organisation politique. Thoreau

 

2 Janvier 2006

 

Joindre Philippe Dangelas n'avait pas été une mince affaire. Très pris par ses affaires qui le menaient sans cesse d'un bout à l'autre de la France, l'agent immobilier passait peu de temps à ses bureaux de la capitale , rue Jean Mermoz dans le XVIIIième arrondissement. Après plusieurs appels infructueux pour cause de planning surchargé, le capitaine avait réussi à obtenir un rendez-vous en fin de journée. La nuit venait de tomber sur Paris et la pluie n'avait pratiquement pas cessé de la journée. La rue Mermoz était bloquée par une camionette qui chargeait du matériel de cinéma et stationnait au milieu de la rue dans un concert de klaxons et de jurons.Enfin, au bout d'un long quart d'heure , la circulation se fluidifia de nouveau.Maintenant, légèrement en retard, le capitaine se gara sur une place de livraison, à proximité de l'ambassade d'Israël. Aussitôt un gendarme en arme se précipita vers lui.

- Monsieur, vous ne pouvez pas rester là, c'est interdit, lui dit le militaire sur un ton martial de circonstance.

- Je vais juste en face et je suis déjà trèsc en retard .

- Pour des raisons de sécurité, je dois vous demander de partir.

- Je comprends mais lissez-moi me présenter. Capitaine Marc Delano, brigade criminelle. Je suis en service. Si on vous dit quoi que ce soit concernant ma voiture, faites suivre au quai des Orfèvres.

-Excusez-moi, capitaine, c'est que les ordres sont stricyts.

- Je n'en ai pas pour longtemps.

...............................................................................................................................

La conjuration des vengeurs. Laurent Ducastel. Jacques Viallebesset. Editions Dervy.

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 06:00

Garde tes pensées et fuis la malice afin que l'intelligence enténébrée ne prenne une chose pour une autre. Thalassius l'africain.

 

30 Décembre 2005

 

Bruno Bouchet, le directeur adjoint de la police scientifique discutait dans le couloir en buvant un café avec d'autres collèguesquand Delano arriva à son bureau du quai des Orfèvres, en ce début d'après-midi. N'ayant que peu dormi, le capitaine n'avait pas la tête des grands jours et arborait une barbe naissante qui grisonnait ça et là. En rentrant chez lui, il s'était connecté sur Internet pour voir ce qu'il pouvait trouver sur les maçons mais surtout sur leurs ennemis. Peu avant l'aurore, ses yeux déclarant forfait, il s'était endormi sur son canapé sans même sans rendre compte; à peine réveillé, après une douche et un café très serré, il avait filé dès l'ouverture à la bibliothèque du centre Pompidou. Bien sûr, Marc aurait pu apprendre cela de la voix même de Robert Anderson dont c'était le terrain de prédilection.Seulement, en bon flic qu'il était, il aimait recouper ses infos.Il aimait surtout qu'elles ne proviennent pas toutes de la même source. Ce n'était pas tant qu'il soit suspicieux ou qu'il doutât de la sincérité de l'historien, mais Robert pouvait garder, à son corps défendant, un parti pris de bon aloi. Delano jugea donc utile de creuser un peu par lui-même. Ce qu'il découvrit dans les arcanes de l'histoire de la maçonnerie l'étonna vraiment.En premier lieu, les ennemis des loges ne manquaient pas, principalement à l'extrème droite et étaient extraordinairement véhéments. depuis la fin du XIX iè siècle, la littérature anti-maçonnique était abondante car les loges étaient depuis longtemps l'onjet de tous les fantasmes. Le plus récurrent étant, évidemment, le tristement célèbre complot judéo-maçonnique, anti-maçonnisme et anti-sémitisme allant souvent de pair. Durant la seconde guerre mondiale, le gouvernement de Vichy avait organisé au Petit Palais, une exposition antimaçonnique censée dénoncer le caractère violemment néfaste des loges et la véracité du complot judéo-maçonnique.Sous l'égide de l'occupant, des films

................................................................................................................................

La conjuration des vengeurs. Ducastel. Viallebesset. Editions dervy.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 06:00

Le vrai peut quelquefois n'être pas vraisemblable. Boileau.

 

29 décembre 2005

 

Albert Giblon, Grand-Maître de la Grande Loge Gallicane, rentra chez lui vers dix-neuf heures trente.Cette journée l'avait éreinté. La vision de cette pauvre Mathilde pendue, bouche béante et noirâtre, dans les toilettes du restaurant, l'avait hanté sans répit. De fait, il n'avait pas écrit une ligne de la journée alors que son manuscrit était déjà en retard. Son éditeur, il n'en doutait pas un instant, saurait se montrer compréhensif. En fin de journée, il était allé au dojo pour se délasser un peu. Adepte depuis de longues années des arts martiaux et du kung-fu en particulier, il trouvait dans la pratique de ce sport, ce mélange de défoulement contenu, de force maîtrisée et d'adresse empreinte de spiritualité qui convenait bien à son caractère. Bien sûr, à 65 ans, il n'était plus question de prouesses

physiques mais juste de maintenir son corps et son mental dans de bonnes et saines dispositions. C'était aussi une façon toujours efficace de se vider l'esprit, de rester quoi qu'il arrive, en phase avec lui-même. Après une nuit des plus courtes, sans vrai sommeil, son téléphone avait commencé à sonner dès les premières heures du jour, après les journaux du matin. Les frères de sa loge ou d'autres obédiences le harcelaient pour en savoir plus , déboussolés par la violence inouïe du coup qu'on venait de porter à la franc-maçonnerie. Il y eut aussi une foule de journalistes en quête de détails sordideset croustillants dont son propre neveu qui officiait sur une chaine du âble et lui proposait une interview le soir même. Albert Giblon avait tout refusé en bloc. Trop triste, trop bouleversé. Sa femme, qui ne s'était jamais vraiment fait au climat hivernal de Paris, était partie dans leur maison de Nice et il tardait à Albert d'être vendredi pour aller la rejoindre.

........................................................................................................................................

La conjuration des vengeurs. Laurent Ducastel. Jacques Viallebesset. Editions Devy.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 06:00

Ce n'est pas la réalité qui est douloureuse en soi, c'est notre façon de la percevoir.Montaigne

 

28 Décembre 2005

 

Dans les locaux de la brigade criminelle au 36, quai des Orfèvres, l'ambiance était aussi tendue. Le juge Dury avait fait le déplacement en cette fin de nuit pour s'entretenir de l'enquête avec le patron de la brigade, le commissaire Charles Denovre. Eric Pietreni , capitaine à la crim, syndicaliste de renom et franc-maçon notoire s'était joint à eux et sa présence, bien qu'il n'y ait aucune animosité entre eux, n'était pas du fôut du commissaire.

-Messieurs, si je vous ai réunis de façon aussi peu conventionnelle, c'est qu'il y a urgence. Compte tenu, vous l'aurez compris, du côté délicat du dossier, je veux une équipe de première sur le coup.

-Bon, fit Denovre de sa voix de stentor. Il est certain que la position très en vue de la victime ne va pas nous faciliter le boulot. Néanmoins,ce n'est pas la première fois que nous sommes confrontés à des enqêtes délicates. Plus j'avance en âge et plus je pense qu'il n'y a pas d'enquête facile.

-oui, je suis entièrement d'accord avec vous mais , commissaire, dois-je vous rappeler que la victime est un personnage imortant de la franc-maçonnerie?

- Monsieur le juge, sauf votre respect, elle aura droit aux mêmes égards que les autres. Chez nous, il n'y a pas de victimes qui aient un statut particulier. Je ne vois pas en quoi être un personnage important de la franc-maçonnerie lui conférerait quelques avantages!

-Allons Denovre! Ne faites pas l'enfant, je vous en prie! Nous savons vous et moi ce que celà veut dire! La pression du coté des loges et du ministère va être très forte.

-Et alors, en quoi la pression des loges maçonniques devrait-elle interférer dans notre travail?

 

La conjuration des vengeurs. Laurent Ducastel, Jacques Viallebesset. Editions Dervy

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : L'atelier des Poètes - par Jacques Viallebesset
  • : VIVRE POETIQUEMENT, L'AMOUR VRAI, LA JOIE D'ETRE sont les trois facettes d'une seule et même chose qui se nomme: ETRE et ne pas seulement exister. Lorsqu'on vit poétiquement, forcément, ça laisse des traces....
  • Contact

L'atelier des Poètes

logo-atelier-poetes-color-web-4

Recherche

Le Recueil Édité :